Résidence Hugues Clément, juillet 2016, Japon

Curating Constance Juliette Meffre

Hugues Clément – du 15 au 31 juillet 2016 – Takasaki, Japon

Hugues Clément souhaite pousser ses expérimentations audiovisuelles nous immisçant dans un univers synthétique et organique, construit à partir d’objets concrets et des images sorties de son imagination avec la création d’un vidéomapping accompagné d’un travail sonore projeté sur l’entièreté des murs du lieu de résidence et de représentation.

L’artiste souhaite créer une immersion particulière entre physicailté et virtualité provenant de création de structures 3D dont les textures plastiques et organiques, saturées, en mouvement, sont déterminées par le son. Elles évoluent dans un espace neutre et sporadiquement finissent par le saturer.

Ces compositions sont projetées sur toute la surface du lieu grâce au mapping pour déjouer l’écran rectangulaire et mettre alors à profit les qualités et les possibilités propres à la vidéo : maniabilité, mouvement, immersion, éclat et grande potentialité créative.


SYN

« SYN- vise à explorer les possibilités de création abstraites en art audiovisuel une fois confrontées à une réalité tangible, dans le cas présent les paysages de Takasaki. Mon but est simple ; ouvrir un espace poétique par un concept de dualité entre virtualité et abstraction numérique, tout en stimulant une réflexion sur la notion de manipulation numérique, méthode caractéristique de notre époque. Et ce, tout en déjouant les codes de base de diffusion d’art vidéo par un concept de pluralité d’images qui, ultimement, forment un tout.

Le titre renvoie au synchronisme et à la symbiose qu’entretiennent le son et l’image et celles des trois images distinctes entre elles. SYN- renvoie également à synthèse et synthétique, c’est-à-dire généré par ordinateur. Enfin, SYN-représente tout simplement le préfixe, le but ultime étant de créer un assemblage soudé entre les différentes composantes du projet. »

Hugues Clément souhaite approfondir ses recherches sur cette « conjonction entre concret et numérique », entre visuel et son. Il s’inspirera de l’incroyable faune aquatique et végétale nipponnes, notamment l’iridescence et la transparence des poulpes et des pieuvres, qualités esthétiques rares pouvant être générées aujourd’hui par le programme de modélisation Cinéma4D. En d’autres termes, il s’agit de créer des formes abstraites, rappelant le vivant ou l’organique, mais entièrement créées par ordinateur (le virtuel), en relation avec le paysage (le réel). Le son sera traité sur ce même principe.

Ce concept de polyphonie visuelle (triptyque) s’inscrit dans un approfondissement de sa démarche, souhaitant déjouer la succession d’images d’un montage, principe standard en art vidéo.

Présentation du projet dans l’espace public.

Chaque résidence peut se terminer par une présentation publique en lien avec le travail en cours ou réalisé pendant la résidence. C’est un temps de présentation dans des lieux incongrus, variables, extérieurs ou intérieurs ouverts aux habitants de Takasaki et d’ailleurs.

Chaque lieu est défini en cours de résidence.

Suivre l’actualité sur le site du Palais des Paris ou sur notre page facebook.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s